EuRoman

La semaine dernière, j’étais présent aux IVème Assises européennes du plurilinguisme, organisée par l’Observatoire européen du plurilinguisme et par l’association GEM+ pour une Gouvernance Européenne Multilingue.

Les deux grands sujets de l’évènement étaient le plurilinguisme et la créativité et comment l’un et l’autres sont très compatibles lorsqu’il faut s’adresser à un publique multilingue et varié.

19 problématiques ont été identifiées comme ayant besoin d’actions concrètes, organisées sous quatre grands thèmes :

  • l’Éducation: une garantie long terme pour assurer la cohésion de la construction européenne ;
  • la Politique: la responsabilité de communiquer la démocratie à un grand public dans leurs langues natives ;
  • la Culture: utiliser le plurilinguisme pour enrichir et valoriser un groupe homogène, mais culturellement varié ;
  • l’Économie et la Société: le dialogue et la compréhension vont de biais avec la productivité et le développement à long terme.

Je voudrais porter mon attention sur le point 12ème point qui a été discuté : « Développer une politique sectorielle de soutien aux médias pour l’innovation technologique plurilingue sur Internet ».

L’année dernière, j’ai écrit une tribune portant sur l’unification nécessaire des journalistes et des éditeurs pour la presse de la zone euro. Un des points que j’ai évoqué à ce moment la me revient en tête : « Les défis technologiques et financiers auxquels fait face le journalisme sont bien connus. La dépendance croissante de l’UE envers les groupes de médias se trouvant en dehors de la zone euro est quant à elle plus dissimulée. Le marché unique numérique va accélérer la concentration des médias, tout en mettant la politique linguistique sur la touche. Quelles sont les possibilités pour les groupes médias du continent ? Rien n’est perdu si les médias européens innovent en dépassant leurs frontières. »

Pour en lire plus sur mes idées par rapport à l’innovation technologique plurilingue sur Internet, je vous invite à lire cette tribune ici.

Vous pouvez trouver le communiqué entier de l’événement ci-dessous ou en suivant ce lien :

 

Vous pouvez aussi explorer L’Observatoire Européen du Plurilinguisme avec ces liens (1 et 2)

 

Communiqué final général

 

Les 4èmes Assises européennes du plurilinguisme, organisées par l’Observatoire européen du plurilinguisme et par l’association GEM+ pour une Gouvernance Européenne Multilingue, se sont réunies à Bruxelles au Comité économique et social européen les 18 et 19 mai 2016 sur le thème général « plurilinguisme et créativité ».

Quelles que soient les tendances à l’uniformisation de la communication par une langue unique, le monde est multilingue et les avantages du plurilinguisme sont incomparables aux plans cognitif, relationnel, économique, social et politique.

Les Assises étaient placées sous le signe de la créativité, non seulement parce que la créativité est intrinsèquement liée au langage, mais aussi parce que c’est par la “créativité” que l’on peut répondre aux nombreux défis posés par la diversité dans les domaines politique, économique et social, éducatif et culturel.

Ont donc été éxaminées sous cet angle les problématiques linguistiques observées dans les domaines des institutions et systèmes politiques, de l’éducation, de l’économie et de la culture.

Sur ces quatre axes thématiques, les Assises ont dégagé des idées clés conduisant à autant de préconisations destinées aux autorités européennes et aux gouvernants des Etats membres, et plus généralement, à tous les acteurs de la société civile.

Au plan politique, il n’y a pas de démocratie si l’on ne peut parler aux populations dans leurs langues : il s’agit d’une responsabilité fondamentale des gouvernants et prioritairement des institutions européennes.

Au plan culturel, le monolinguisme tue les cultures et opprime les individus, tandis que le plurilinguisme est une source d’enrichissement et de progrès.

Au plan économique, le plurilinguisme est un réservoir de productivité et de développement à long terme et au plan social, le plurilinguisme favorise le dialogue et la compréhension mutuelle.

Au plan éducatif, le plurilinguisme est la base pour garantir à long terme la cohésion de la construction européenne et pour permettre aux citoyens de s’épanouir au niveau personnel et relationnel.

Ces idées ont besoin d’être traduites par des actions concrètes :

 

Education

 

  1. Privilégier l’éducation plurilingue et interculturelle, afin de renforcer l’aptitude à un apprentissage des langues tout au long de la vie
  2. Perfectionner le modèle 1+2 (apprentissage de 2 langues étrangères en plus de la/les langue/s de scolarisation) adopté en 2002 au Conseil européen de Barcelone en vue d’une élévation du niveau en langues des Européens
  3. Appliquer le modèle 1+2 de la maternelle à l’enseignement supérieur
  4. Diversifier l’enseignement des langues en commençant l’apprentissage d’une langue étrangère autre que l’anglais ou de deux langues étrangères dès l’école primaire
  5. S’opposer à une anglicisation débridée gravement contre-productive de l’enseignement supérieur, et développer le plurilinguisme à l’université et dans la recherche, seul en mesure de garantir le développement de la diversité des cultures, le respect de la différence et la démocratie
  6. Agir auprès des institutions scientifiques pour faire prendre en compte le plurilinguisme comme stratégie

 

Politique

 

  1. Mieux expliquer les répercussions négatives du monolinguisme (et les avantages du plurilinguisme) sur le plan politique et social
  2. Diversifier l’usage effectif des langues au sein de la Commission européenne et de toutes les institutions européennes et de leurs agences
  3. Choisir le multilinguisme intégral pour la plateforme Europa (sites des institutions européennes), et en faire un véritable outil de communication avec le citoyen
  4. Encourager la coopération entre aires linguistiques en Europe pour élaborer des stratégies afin de défendre et de promouvoir la diversité linguistique au niveau international
  5. Définir des politiques de langues en Europe dans la double dimension de droit à la langue du pays d’accueil et de formation aux langues des migrants
  6. Développer une politique sectorielle de soutien aux médias pour l’innovation technologique plurilingue sur Internet

 

Culture

 

  1. Créer un prix à l’intention d’auteurs (écrivains, scientifiques ou traducteurs) non-européens qui ont apporté une contribution majeure à la culture européenne.
  2. Ouvrir aux éditeurs européens un guichet pour des subventions spécifiques à la traduction (entre langues européennes ou vers une langue européenne)
  3. Soutenir la publication de traductions bilingues, car elles respectent le plurilinguisme et favorisent l’apprentissage

 

Économie et société

 

  1. Promouvoir l’idée que la langue des affaires est généralement la langue du client
  2. Intégrer aux enseignements de management une dimension linguistique et interculturelle
  3. Agir auprès des organismes d’accréditation des écoles d’ingénieurs et des Business schools pour une intégration dans les référentiels de la dimension plurilingue et interculturelle
  4. Former à au moins deux langues les futurs managers et ingénieurs, dans les écoles de management, écoles d’ingénieurs et masters de gestion et de communication

Je tiens à remercier Diogo Pinto et Freddie Martyn pour leur esprit de synthèse.

Christophe Leclercq

Fondateur @ EurActiv

@LeclercqEU

 

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print

Leave a Reply