EuRoman

Je viens de lire ce dernier livre de Daniel Guegen, plus critique que moi mais toujours stimulant et précis à la fois. Contrairement à beaucoup d’ouvrages académiques sur l’UE, que j’ai de la peine à terminer.
(Et puis, il mentionne mon nom dans la liste des remerciements: visiblement, ça déclenche de l’intérêt, ça marche!)

Le shéma en dernière de couverture est un résumé marquant hier / aujourd’hui….
(Si, j’ai vraiment lu le reste, j’ai même remarqué que Spyros Pappas était présenté comme ancien DirGal consomateurs, il a aussi dirigé la communication)

D’après l’auteur, on est passé du classique hier:
‘la Commission propose,
le Conseil et le Parlement décident,
le Commission ‘sous contrôle’ ‘

à la nouvelle situation sous le traité de Lisbonne:
‘ un foggy power dispose,
l’adoption est faite à 80% via des trilogues dans débat ouvert (les lobbysites sont hors jeu)
et l’execution se fait dans la compléxité et l’opacité’

Voilà qui m’interpelle, , à deux titres:

– d’abord, on imagine généralement que l’opacité profite aux lobbyistes: en fait, ici, ce sont plutôt les fonctionnaires qui décident des actes délégués, sous le niveau législatif parlementaire

– plus génant, où serait le débat public, y compris dans les médias? Ce n’est pas le meilleur moyen d’intéresser les citoyens, de les amener à voter l’an prochain (plus à ce sujet ici)

En tout cas, si c’est vrai, or je crois que la tendance est exacte. C’est comme pour les Sommets européens: la machine communautaire est tellement lourde qu’elle se trouve court-circuitée par des ‘deals’ de nuit, rapides et peu démocratiques.

Heureusement, en même temps, il y a internet et le vent de transparence depuis 5 ans.

Ce ‘foggy power’ en amont des décisions opaques, c’est peut-être en effet une opportunité d’offrir de nouveaux services, dans ce nuage (‘cloud’) d’information.

Le problème, ce n’est pas le manque mais souvent l’excés d’information. Il faut aider à identifier les personnes crédibles et les documents pertinents. En d’autre terme, ajouter à la transparence de l’efficacité, avec des technologies renforcées.

C’est l’objectif d’un ambitieux projet ‘EU Community’, avec une approche public-private-partnership, décrit ici. Des questions, des remarques?

Voici un lien vers la présentation du livre de D. Guegen.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print

Comments

  1. Christophe,

    I think most lobbyist actually dont like the new situation. Mind that trialogues are just as inaccessible for lobbyist as they are for media. We all yearn for the classis first reading, second reading instead of the trialogues, delegated acts…

  2. Thanks, Milos Labovic.
    The new system has efficiency advantages and is unlikely to disappear, given that it is ankered in the Treaty.

    So, what is to be done?

    Perhaps on should subject it to transparency, just like lobbysts are since a few years?
    This would help lobbyists, and chiefly journalists. In relevant cases, MEPs in turn would complain and bring them to wider debates?

    In any case, there should be a debate about the new system itself, which D. Guegen’s book rightly triggers.

Comments are closed.