EuRoman

Les médias et les décideurs politiques se concentrent sur la gestion des dettes publiques. C’est nécessaire, mais insuffisant : les entreprises investissent et recrutent à long terme. Bien que la stratégie « Europe 2020 » soit quasiment absente des débats, tout reste pertinent : compétitivité, emploi, développement durable.

Et la machine communautaire continue de tourner, discrètement. Il faut déjà préparer le mandat 2014-2019 : les perspectives budgétaires, bien sûr, mais aussi la régulation, les directives à l’étude. Or, les acteurs européens qui interviennent tôt sont mieux entendus. Cette machine va redevenir visible, en trois étapes, sur trois ans et en cercles concentriques.

En 2012, les débats vont se concentrer sur les alternatives politiques, d’abord du fait des élections nationales. Ensuite, il est clair que les réformes post-2008 sont insuffisantes et que les mesures prises pour la Grèce étaient intenables. D’autres débats auront lieu, suite à une innovation du Traité de Lisbonne, encore mal comprise : les Initiatives Citoyennes. Comme pour internet il y a quinze ans et pour la transparence il y a cinq ans, les professionnels sont sceptiques, voir réticents. Certes, dans ces pétitions, il y aura « le bon, la brute et le truand ». Pourtant, à partir du lancement le 1er avril 2012, les médias de masse vont raffoler des critiques de la société civile. Grâce à son département médias sociaux, la Fondation EurActiv PoliTech jouera son rôle, révélé d’ici peu.

En 2013, Les propositions politiques vont être approfondies et insérées dans les programmes des partis européens. Lentement mais sûrement, à chaque quinquennat, à chaque cycle, le processus devient un peu plus européen.

En 2014, ces choix politiques seront couronnés par les élections européennes. Ceci sera reflété dans un nouveau mandat pour la Commission, plus direct, sans incertitude sur le Traité comme en 2009. Un exemple de cette logique sur trois ans? La taxation des transactions financières ne pourra plus être entravée par des objections techniques. Cette avancée semble inévitable, du fait des manifestations de jeunes « indignés » en 2011, des sauvetages bancaires, de la pression populaire, des programmes politiques en 2013, puis des élections en 2014. Comment la mettre en oeuvre? C’est le moment d’y réfléchir, en lançant un débat approfondi et équilibré.

Une remarque? Une question? Contactez-nous!

RZ / ChL

EurActiv et Vous, Autumn 2011

 

 

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print

Comments

  1. Christophe,I hope that euractiv and blogactiv will remain an independent system of communication and not try to cut its cloth to a fraudulent political agenda set by others.

    Recent events have shown how irrelevant the 2020 programme is. It is futile to try to fit politics around 2020 as if the future was writ in stone. The main reason the 2020 report failed the public is that it was a cynical attempt for politicians to provide for themselves a mandate. It lacks democratic legitimacy. It foists on the public a widely rejected top-down political cartel system. As the most recent example of this watch the so-called election of the president of the European Parliament today. The previous incumbent was selected in the dark corridors of the European Council even before the European elections took place.

    The main flaws of 2020 are twofold. Firstly the mandate given to the report-writers was to exclude any discussion of European democracy (after the politicians rejected the referendums denouncing both Constitutional=Lisbon treaty). See http://www.schuman.info/2020-1.htm . The citizens’ Initiative is no substitute for proper supranational democracy as envisaged by the Founding Fathers and set out in treaty law but not implemented. Witness the Strasbourg petition and the fate of any subject that the politicians disagree with.

    Secondly the 2020 report purposely ignored the main geopolitical issues that Europe has been facing for many decades. http://www.schuman.info/2020-2.htm It has nothing to say on the Arab Spring or the Christian Winter because the report writers shut their eyes to that. It is totally inadequate on energy and other issues and on honesty in diplomatic relations which are necessary for the External Action Service.

Comments are closed.